En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites

Réunion d'information sur la station d'épuration

Réunion d'information sur la station d'épuration

Après une rapide introduction de Michel Lafay puis d’Alain Desternes, président du SIVOM, Audrey Quinque du SIVOM dresse un bilan de la situation actuelle de l’assainissement sur la commune. La conclusion de cet état de lieux met en lumière des défaillances du réseau de collecte des eaux usées et surtout la non- conformité de la station d’épuration à la réglementation actuelle et son surdimensionnement, ce qui exige des travaux à court terme.

Guillaume Véniant, du bureau d’études SAFEGE, expose le projet :

  • réalisation d’une nouvelle station (STEP), de type boues activées (même principe de fonctionnement que la station actuelle, dimensionnée sur la base de 900 équivalents-habitants, conforme aux normes en vigueur. 
  • réalisation d’une aire de dépotage des matières de vidanges, intégrée au « schéma départemental de gestion des boues et matières de vidanges » de 432 m2.

Ce schéma, explicité par François Liponne du Bureau Départemental de la Qualité de l’Eau (BDQE), souligne l’insuffisance des zones de traitement des matières de vidanges dans le département et prévoit 3 nouvelles implantations, à Noyant, Lapalisse et Doyet.

Le coût de la station est estimé à 950 000 €, celui de l’aire de dépotage à 258 000 €. Ces deux montants seront pris en charges par le SIVOM à hauteur de 30%, par le Conseil Général pour 35%, par l’Agence de l’eau Loire-Bretagne pour 35%. La participation du SIVOM provient des taxes sur l’assainissement payées par tous les usagers.
La commune de Noyant n’est pas mise à contribution pour le financement de cet investissement.

S’ensuivent des interrogations de quelques membres de l’assemblée. En voici la synthèse :

La superficie de l’aire de dépotage dépasse les besoins de la commune. Pourquoi ?
Elle concernera 17 communes adhérentes du SIVOM, situées dans un rayon destiné à rendre le transport inférieur à 30 minutes environ.

Pourquoi à Noyant, pourquoi ne pas construire une station ailleurs, par exemple vers Châtillon ?
Le site de Noyant existe déjà et nécessite une rénovation. Le projet d’une station vers Châtillon a été abandonné voici une dizaine d’années pour deux raisons :

  • Châtillon n’a pas donné la compétence d’assainissement au SIVOM.
  • Ce projet était situé en zone inondable.

Au sujet de la circulation pendant les travaux :

- combien de camions ?
De 2 à 10 camions par jour, 3 camionnettes, 3 véhicules légers.

- Où passeront les camions ?
Accès par la route depuis le passage à niveau situé direction la Vallée jusqu’à la STEP actuelle, avec alternance réglée par des feux tricolores pendant le chantier (donc à l’extérieur du bourg).

- détérioration prévisible de la voirie ?
Une convention sera établie avec le SIVOM constatant l’état de la route avant et après travaux

- Quelle sera la circulation après les travaux ?
1 camion par jour en moyenne, sur le même itinéraire

- Que se passera-t-il si les camions ne respectent pas l’itinéraire demandé ?
Ce transport sera effectué par des entreprises agréées. Le non-respect de cet itinéraire évitant le bourg entraînera des sanctions pouvant aller jusqu’à la perte de l’agrément.

Pourquoi ne pas améliorer plutôt tout de suite le réseau de collecte et raccorder les habitations qui ne le sont pas ?
Aucun nouveau raccordement ne peut s’effectuer sur une station non conforme aux normes. Toute intervention sur le réseau serait inutile sans la construction préalable d’une STEP réglementaire.
Ces travaux devront être envisagés ensuite.

Quel est le risque de nuisances ?
Risque d’odeurs dans les 2 semaines suivant la mise en service de la nouvelle STEP, temps de constitution d’une quantité suffisante de bactéries.
Pas d’odeurs pendant le dépotage des camions.

Quel va être le coût pour les Noyantais ?
Aucun. Le SIVOM ayant anticipé l’investissement de cette nouvelle station, le coût de fonctionnement pour les foyers reliés au réseau d’assainissement devrait rester stable.

Comment l’eau à la sortie de la nouvelle station rejoindra-t-elle le ruisseau en contrebas ?
Par la canalisation déjà existante entre la station actuelle et le ruisseau.

Autre remarque : Il n’y a pas eu concertation de la population, c’est un manque de respect.
La réunion d’information promise a lieu ce jour. Le SIVOM assume ses compétences, avec l’avis des représentants des communes.

2015 step 2